jeudi 14 décembre 2017

défi gravure octobre 2017 : animal

Incredibeul but true ! J'ai réellement gravé le tampon du mois d'octobre !


Le thème ("animal") correspondait tout à fait à ce que j'aime faire, et d'ailleurs le sous-thème (c'est à dire le choix de l'animal) s'est imposé de lui-même lors de mes défis Instagram d'octobre : j'ai juste suivi la proposition de hand lettering du jour !


Voici donc avec (à peine) plus de détails mon tampon écureuil. Je ne me souviens plus trop mais je crois que j'avais redessiné ma bestiole moi-même à partir d'images qui me plaisaient.

mise en situation plus décembre qu'octobre !!

Un tampon assez basique à réaliser (peu de travail de finesse, ma bête noire !) mais je suis contente d'avoir trouvé le petit coup de gouge qui va bien pour figurer les poils du dos et de la queue (à refaire, il faudrait même que je fasse les poils dans l'autre sens, là on croit que l'écureuil a les poils du dos qui se hérissent ! mais non, il n'a pas peur !!)

Vais-je réussir à répondre aux propositions de novembre et décembre avant l'année prochaine ??
(suspense insoutenable !)

mardi 12 décembre 2017

une découverte et des ratés

Bon, après mon gros chat d'amour, je confesse aussi une série de ratés !

Tout a commencé par la découverte d'un blog/site dédié à des photos prises par drones ou satellites, intelligemment recadrées, retouchées et commentées (compte Instagram). Même si je connais déjà les photos de photographes comme Yann Arthus-Bertrand, prises par hélicoptère, et qui donnent à voir ce qu'on n'aurait jamais vu autrement ; les photos de Daily Overview m'ont vraiment happée. Elles sont d'une précision et d'une beauté abstraite incroyables. Et les choix de sujets sont toujours intelligents, en résonance avec l'actualité ou les préoccupations socio-écologiques du moment.

champs de tulipes, Pays-Bas

Après avoir passé toutes ces dernières années à peaufiner le réalisme de mes peintures et dessins, ce site m'a donné envie d'aller vers une sorte d'abstraction, juste fondée sur les jeux de couleurs inspirés de ces photos. L'idée était belle, je voyais déjà mon joli carnet bleu (offert par Melba) rempli, page après page, de représentations géographiques insolites (24 pages, trop facile !!).

île St John, Caraïbes

Mais arf, j'ai déjà sué sang et eau sur la première ; luttant avec des pinceaux qui me semblaient toujours inadaptés pour obtenir des traits fins et droits (je suppose que quand on accuse l'outil, c'est surtout l'ouvrier qui est en cause !). J'ai persévéré avec 2-3 autres pages, mais j'ai dû me rendre à l'évidence : ce n'est pas demain la veille que je réussirai à transcrire sur papier à l'acrylique, ce que j'ai dans la tête ! Le pinceau est toujours trop gros, les mélanges de couleurs jamais comme je veux, les limites entre couleurs toujours trop grossières ... Bref, j'ai jeté l'éponge, bouh !! Mais je garde le carnet pour le remplir d'autres tentatives à l'acrylique sans prétention, on verra jusqu'où j'arrive au bout du compte !

centre de culte Ba'hai, USA

Valparaiso, Chili

Enfin donc, après avoir vu le dernier exemple ci-dessus (cette espèce de tranche de steack un peu moisie, oui), vous êtes autorisés à vous esclaffer bruyamment ! Je partage votre avis ; c'est trop moche ! Bon, il y a des trucs sympas comme les champs de tulipes, mais ça reste mieux vu de loin en petit que de près, quand même. Donc on va oublier quelques temps.


Et sinon, ben, j'ai dessiné/peint une petite chose pour ne pas rester sur l'idée d'un carnet raté ! Une poupée russe, à partir d'une photo faite au musée du Jouet de Moirans-en-Montagne (Jura). Et c'est la photo qui me fait réaliser que je n'avais pas tout à fait fini, en fait ! Il manque quelques ombrages, cette poupée mécanique est un peu raplaplate...

peinture acrylique et détails aux feutres Posca

Leçon de l'histoire : n'est pas peintre abstrait ou naïf qui veut, haha !!

dimanche 10 décembre 2017

calendrier de l'avent 2017 des copines #1

Comme vous aviez pu le savoir, j'avais envie d'un échange de calendrier "de grands", cette année aussi. Deux lectrices-copines ont répondu présentes, nous avons donc partagé la tâche pour que chacune reçoive des petites enveloppes de la part des 2 autres. J'ai envoyé deux séries de 12 broutilles. En attendant de vous les montrer, voici quelques uns des paquets reçus d'Emiliechat :


sachets krafts, masking tape et mini-étiquettes aux jolies formes ... quelle élégance !

j'ai été bluffée par le premier paquet ; des chocolats faits maison, trop jolis pour être mangés !

un arc-en-ciel de marque-pages, presque "sobres" individuellement, mais adorables tous ensemble !

un petit carnet customisé, une recette de sablés et son sachet de cannelle (indispensable !)
une planche de motifs en flex pour essayer, un roman ...
et puis un lumignon, des chaussettes etc ... !

vendredi 8 décembre 2017

naissance d'un léopard

Je ne ferais pas toujours cela, mais j'ai eu envie, cette fois, de prendre plusieurs photos d'étape de mon dessin en cours. Je trouve fascinant de voir avancer un dessin ou une peinture (par exemple en vidéo sur Youtube !) alors j'ai tenté le même exercice. N'y voyez aucune tentative de leçon de dessin, mes photos sont prises plus ou moins aléatoirement au fil du travail, et en plus je m'apercevais au fur et à mesure que mes choix de travailler une zone ou une autre n'étaient pas toujours les bons !

Vous assistez donc à la naissance d'un léopard (et même les âmes sensibles peuvent regarder cette naissance-là, pas de problème) :


Etape 1 : crayonné très rapide au fusain pour les lignes principales, pose des quelques touches de blanc les plus pures. 
Pourquoi j'ai enchaîné avec les taches noires ? Je croyais que cela faciliterait la délimitation des zones de volume de muscles ; à l'usage ce n'était pas forcément une bonne idée !! D'autant moins que le noir avait tendance à baver partout après (obligée de mettre une feuille de brouillon sous la main !).


Etape 2 : apparition des zones les plus claires un peu partout, dans l'idée d'ensuite "monter" petit à petit en valeur, comme sur le front. Là encore, j'ai compris en faisant que ça n'était pas si simple : les crayons en question (Derwent Drawing : love !) gagnent à être utilisés sous forme de couches successives, et en réalité j'ai mis bien plus de blanc ou blanc-jaune que ci-dessus ; même dans des zones qui finiraient grisées. Le blanc apporte une vraie lumière, même s'il est couvert ensuite par des marrons.


Etape 3 : à ce stade, je me suis dit qu'il fallait vraiment faire l'oeil, j'en avais marre d'être fixée par un léopard-zombie ! Où l'on constate aussi que je fais n'importe quoi : je finis un côté sans avoir fait les étapes similaires de l'autre côté. Leçon à tirer : ya pas de leçon ! Chacun fait comme il le sent !
Etape également où toute la famille me dit "ah, t'as fini ton dessin."
Ben non, voyons ! je ne fais pas un léopard dont la fourrure est passée à la Javel !! L'effet "pas fini" peut être voulu et satisfaisant à l'oeil, mais c'était aussi un défi intéressant pour moi de rendre les volumes de muscles de l'arrière-plan, avec cet effet de raccourci sur le reste du corps. Donc, on continue !


Dernière étape : renforcer les contrastes (blancs sur le museau, ombre sous la tête), ajouter les barbichettes et autres sourcils fous. Et voilà ma bestiole terminée (j'aurais dû prendre une photo au même cadrage, en fait, pour mieux saisir l'évolution). Et je me dis aussi que j'aurais pu m'arrêter avant pour le bas du corps, effectivement. La suggestion était tout aussi intéressante que le dessin "terminé". Mais je suis satisfaite de mon travail, je trouve qu'on voit quand même bien le mouvement esquissé des pattes et la torsion du corps.

Quelques gros plans ... ces crayons sont de pures merveilles ! J'ai d'ailleurs découvert que le slogan de vente de la série était "les crayons des poils et des plumes" ... !!


Les couleurs sont intenses, se mélangent bien (pas trop de traits de crayons visibles), couvrent tout en gardant une transparence intéressante en couches. D'ailleurs, ayant acheté les crayons à l'unité les uns après les autres au fil du temps, je me suis aperçue qu'il me manque le noir ! J'ai trouvé dans mon stock un équivalent faisant l'affaire, mais je pense que le "vrai" aurait eu une meilleure "couvrance".


Vue de près, la bête n'a pas le regard spécialement intelligent, haha !!

Anecdote : pour cette bête, j'ai utilisé des teintes jaunes-rouges-oranges-marrons et noires, bien sûr, mais aussi bleues et vertes !
Et sinon, vous avez vu ces poils blancs (les moustaches) ?! Un crayon qui permet un trait blanc sur foncé aussi net (toutes proportions gardées évidemment), c'est quand même rare !

Pour finir dans le jargonnage technique, je dois dire que j'ai aussi utilisé un crayon "blender" (mélangeur) trouvé au rayon beaux-arts, c'est pas mal du tout pour finaliser le mélange des couches successives de couleurs.

... et je m'arrête là pour ma dissection de léopard ! 
(oui, ce dessin est ma petite fierté du moment ... Je trouve magiques les progrès que l'on peut vraiment faire, dans une technique pratiquée régulièrement, après avoir rêvé dessus pendant des années !)

mercredi 6 décembre 2017

boîtes à tout

C'est pas tous les jours facile d'avoir la manie de tout garder, je vous jure ... !

Et encore heureux que je n'achète plus le thé qu'en vrac, sinon je vous raconte pas le nombre de jolies cartonnettes de sachets de thé que j'accumulerais !!

Bref, donc, j'ai déjà redécoré des boites de thé dans le passé ; mais j'en avais de nouvelles sous la main, et par ailleurs une collection de tisanes mal "habillées" : de quoi donner aux dernières de nouveaux récipients jolis !


Les nouvelles boites sont la boite-mandala et la boite à fleurs - mais finalement, je trouve ce motif de fleurs un peu trop naïf ...


Elles font les belles sous toutes les coutures, y compris le couvercle ! Et expérience faite, le dessin tient à l'usage (je ne l'ai pas passé sous l'eau, mais ça résiste très bien même aux mains mouillées).


Et avec tout ça, je n'ai toujours pas testé les feutres Posca sur de nouveaux supports ...

vendredi 17 novembre 2017

variations autour de la confiture

Après la "soupe" l'autre jour, poursuivons nos explorations culinaires insolites.

Commençons par des confitures de fraise et framboises. Rien d'insolite, direz-vous. Surtout que ce n'est même pas moi qui les ai faites !


Ces 2 pots tout jolis sous leur étiquette fleurie/empapillonnée/oiselée viennent d'une homonyme reine des confitures, avec qui nous partageons plus d'un point commun ! En hommage à son cadeau, et inspirée à la fois par les couleurs des fruits et les motifs des étiquettes, j'ai "tiré" le portrait des pots (oui, légèrement relookés !) avant que mes goinfres ne m'aident à leur faire un sort !


Après les confitures "en papier", passons aux confitures de ceci :


Ne me demandez pas le nom de ces OVNIs, je me souviens seulement que, sur la grande table pleine de cucurbitacées de l'asso qui les vendait, elles portaient l'étiquette de "courges à confiture" ... mais si je retrouvais leur nom, ma curiosité intellectuelle en serait très satisfaite !
Par ailleurs, j'en ai gardé quelques graines, si elles tentent quelqu'un ...

Pour vous faire une meilleure idée de la bête, voici leur "dessous" : 


Oh, tiens, un autre OVNI vient d'apparaître sur l'image ci-dessus ! (je vous en parle plus bas)

Revenons à notre confiture de courge : après cuisson en très fines lamelles accompagnées d'abricots secs (idée trouvée sur une recette de confiture de potimarron trouvée sur internet, faute de recette prévue exprès pour cette courge-là) ...


J'ai obtenu cette confiture, qui passerait volontiers, visuellement, pour une confiture d'abricot :


Quant au goût, c'est assez étonnant (si l'on peut dire) mais on retrouve absolument exactement le goût de courge (ou potimarron, plutôt) ... je m'attendais à ce que la cuisson en confiture crée une alchimie comme ça peut être le cas pour d'autres fruits peu courants en confiture (par exemple la tomate verte qui, cuite en confiture, n'a rien à voir avec ses versions salées). Au final, la moitié de la famille aime ... (oui, ça veut effectivement dire que l'autre moitié non - y compris ceux qui n'osent même pas goûter, bande de froussards du goût).
On en mangera donc quelques pots en tartine, et j'ai trouvé une autre façon d'écouler le reste : je l'utilise pour remplacer le sucre dans ma recette de gâteau au yaourt la plus banale. C'est pas mal du tout !

Bref, et à part ça, c'était quoi, cette chose-là ?!



 Si vous trouvez, je vous paye des prunes !!!






Bon, peu de chances que vous trouviez (sans l'aide de la reconnaissance d'images Google, je veux dire !!).
Alors, je vous offre un quart d'heure culturel gratuit ! Pour ma part, j'ai trouvé l'histoire de ce fruit étonnante, amusante, surprenante (mais il m'en faut peu dans le domaine de la botanique !) donc je vous partage mes découvertes ...

Il s'agit d'oranges des Osages, qui ne sont pas du tout des agrumes mais les fruits d'un arbre qui pousse originellement en Amérique du Nord (Maclura, famille des Moracées), sur la zone correspondant au territoire des anciens amérindiens Osages. Cet arbre est réputé pour son bois très dur : il circule même le mythe que l'arche de Noé aurait été faite de ce bois ! Il est célèbre pour son usage comme poteaux de clôture, et l'arbre porte dans le langage courant le nom de Bois d'Arc.
Quant aux fruits, ils sont aujourd'hui encore vendus sur les marchés pour leur soi-disant vertu répulsive pour insectes et araignées, même si cela n'est pas validé scientifiquement.
Par contre il n'est pas comestible : il est plein de graines prises dans un suc collant qui servait de peinture et teinture aux indiens.
Enfin, cet arbre se trouve un peu dans le sud de la France (où j'ai ramassé ces fruits) car on a cru (à tort) à une époque qu'il était assez proche pour le remplacer du mûrier dont les feuilles nourrissaient les vers à soie.
Pour ma part, je garde mes fruits jusqu'à ce qu'ils s'abîment dans la cuisine, ils dégagent une agréable odeur. Ensuite, je vais peut-être essayer de les mettre en terre pour obtenir des plantules !

... et je m'arrête là avec mon compte-rendu à la wikipedia, mais il y a encore plein d'anecdotes que j'ai trouvées rigolotes, que vous découvrirez peut-être si vous avez envie de fouiner à son sujet !


mercredi 15 novembre 2017

carnet créatif : octobre 2017 #4

Fin de la saga-sans-fin du carnet de dessins d'octobre ... 

22 octobre : le mot "trail" (piste) pour le défi dessin ne m'inspirait pas, alors je n'ai gardé que le "géranium" du défi botanique. J'ai suivi un très bon tuto pour apprendre à dessiner cette fleur (c'est quand même incroyable, il existe des tutos pour dessiner n'importe quoi ! Si ça se trouve, il y en a même pour dessiner des opossums ou des tondeuses à gazon !). Par contre, après recherche et re-recherche, pas moyen de remettre la main dessus, désolée !


23 octobre : du rouge à calligraphier et "juicy" (juteux) à dessiner, ça me fait penser à des grenades ! S'en est suivie une page de croquis divers et variés de grenades, tous rapides, au feutre fin et aquarelle, en suivant l'inspiration de ceci, entre autres. Et un mot écrit à l'automatic pen (c'est le nom de l'instrument de calligraphie qui fait des "portées" comme ça !). Trop facile, et effet bluffant : mais pourquoi je ne le sors pas plus souvent !


24 octobre : "blind" (aveugle) et "primevère" ... et, oui oui, tout est là sur ce dessin-collage ! Je pense  d'ailleurs que cette page est ma préférée du mois. Vous êtes en train de chercher où peut bien se cacher "blind" là-dedans ?! Et bien la main est un peu l'oeil de l'aveugle, non ?! Au moins pour lire (d'où une tentative pour représenter l'écriture Braille en 2 dimensions, en bas. Je suis contente de l'effet global).
La main n'est pas celle d'un aveugle, en l'occurence, puisque c'est la mienne ! J'ai pu utiliser pour l'occasion mes nouveaux feutres Faber-Castell en dégradés de gris pâle, venus compléter ma collection. Je suis enchantée des progrès que j'ai faits sur le mois dans leur utilisation !


25 octobre : "ship" (bateau) à dessiner et "citrouille" à calligraphier. Ça donne forcément une Citrouille des Mers, non ?! Petit amusement sans prétention ...


26 octobre : "squeak" (grincer) et "hollyhocks" (roses trémières) ... Vous entendez le grincement des volets ?! Le dessin est fait d'abord aux feutres noirs "de luxe" (mes feutres de dessin d'art) et les couleurs sont quelques touches de feutres pour enfant basiques.
Et puis j'ai collé des graines de la plante souvenirs justement de la balade du jour !


27 octobre : "climb" (grimper) à dessiner et "épouvantail" à calligraphier. Pour suivre mon cheminement de pensée encore une fois tortueux, je dois vous montrer d'abord les travaux réalisés la veille.
J'avais eu envie de m'entraîner aux postures du corps humain à partir de la piste proposée par l'artiste Koosje Koene. Il s'agit dans un premier temps de capter l'essentiel des lignes du corps au pinceau et à la peinture (ci-dessous, les traits bleus), c'est à dire sans aucun détail. Puis de venir placer sur ces lignes la "chair" dans un deuxième temps, avec les vêtements, les cheveux etc. Un exercice très formateur, que j'ai fait à partir de photos de magazines, à la chaine.


Ce n'est pas abouti, donc, mais c'est vraiment intéressant de voir qu'on peut réellement avoir l'essentiel en 2 coups de pinceaux aux contours vagues.
Ensuite, j'ai continué le même exercice sur des animaux :


Là aussi, j'ai adoré voir comment surgissent une marmotte, une grenouille, un héron en trois traits !! Les postures sont souvent bien plus justes ainsi qu'en s'acharnant sur les moindres courbes et creux du contour d'un corps.

Bref, le lendemain, mes petits oiseaux perchés sur leur boule de graisse m'ont paru bien adaptés pour "climb" ! Je les ai donc repris, en essayant de les tracer très vite aussi (peinture jaune, qui a un peu disparu derrière les ajouts postérieurs) pour réussir la justesse de la posture. Et j'ai complété avec quelques couleurs.
Puis une idée en appelant une autre, les oiseaux et les épouvantails se sont retrouvés réunis dans un petit poème trouvé sur internet, qui sert de toile de fond.


28 octobre : "fall" (automne / tomber) et "babysbreathe" (trop mignon, le nom du gypsophile, en anglais !). J'ai essayé un bouquet d'automne, en m'inspirant des éléments cueillis quelques jours avant (photo en dessous) et des physalis que j'adore. Avec du gypsophile, donc.


Pas si simple de réussir un bouquet dessiné dans lequel tout n'a pas l'air d'un magma de traits !


29 octobre : "united" (uni) à dessiner et "marron" à calligraphier. "Uni", j'ai laissé tombé, je n'ai vraiment rien trouvé à dessiner ! J'ai compensé à en calligraphiant abondamment, et en dessinant (pas très bien) du marron !! Hop, ça, c'est fait - c'est pas la plus belle page, ça c'est sûr !!


30 octobre : deux dessins ! Des fleurs de cerisiers en boutons pour le défi botanique ... (et du collage Bonne Maman issu du goûter du jour !) ...


... et le fruit de la collecte sur la plage pour "found" (trouvé) ! Youpiiiiiii ! vivent les vacances qui ressemblent à des vacances, une fois tous les 15 ans (ce chiffre n'est PAS une figure de style !).

J'aime bien aussi cette petite page, je trouve qu'elle retranscrit parfaitement l'émerveillement que je ressens à ramasser tous les débris de la mer, tout brillants d'eau (et qui, une fois à la maison dans une boite, auront perdu une bonne partie de leur charme !). Et comme tout est coloré, alors que de loin, la teinte sable semble dominer...


les originaux - on peut jouer aux 7 différences !

Les plus perspicaces noteront qu'on entrevoit à droite de ma page de coquillages d'autres trucs collés en vrac. J'ai fini mon carnet (J'AI FINI MON CARNET ! je peux passer à un nouveau carnet au meilleur papier !) alors j'ai collé sur l'ultime page de petites choses qui trainaient sur mon bureau et qui, coincidence, tournaient toutes autour du thème du vent ! C'était tout à fait de circonstance puisque nos vacances furent elles aussi bien venteuses !


Bilan : je suis enchantée d'avoir suivi sur un mois toutes ces impulsions à sortir de sa zone de confort. Je n'ai pas cousu, rien fait de grandiose ce mois-là, mais j'ai savouré chaque "retrouvaille" avec mon carnet, tous les jours. J'ai progressé, j'ai renoué avec des instruments et techniques un peut trop mis de côté. Bref vivement l'année prochaine !
... oui, car, seul ce qui est rare est bon, et je ne pourrais pas tenir ainsi une année entière - en plus le mois d'octobre est un mois pas trop chargé par rapport à d'autres périodes de l'année. Donc ce sera octobre et c'est tout !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...